Les nouvelles technologies de la construction numérique, notamment les systèmes de commande numérique par ordinateur (CNC), changent la façon dont nous concevons et construisons les charpentes en bois. Leur haut niveau de précision nous permet de concevoir des assemblages parfaits – sans vis ni ferronnerie visible – ce qui donne des charpentes durables, faciles à construire et extrêmement bien organisées. Nous nous sommes entretenus avec les experts de Timber afin de mieux comprendre le processus de construction d’une charpente en bois et de dresser une liste de conseils essentiels pour en concevoir une.

Choisissez des types de bois qui peuvent être facilement mécanisés et définissez clairement leurs sections.


Pour mécaniser une charpente en bois, vous devez garder à l’esprit le type de bois que vous souhaitez utiliser et distinguer clairement ses différentes sections. Cela vous permettra d’éviter des modifications dans les phases ultérieures de votre projet.

Il est surprenant de constater que de nombreux architectes conçoivent leurs charpentes avec des sections qui n’existent pas, soit à cause de calculs effectués en fonction des exigences de durabilité et de rigidité, soit parce que le bois choisi pour le projet n’est pas mécanisable, ce qui oblige à modifier l’ensemble du système une fois que tout est en place. Si vous manquez d’expérience dans ce type de charpente, il serait judicieux de consulter des experts qui pourront vous guider tout au long du processus.

Étudiez les différents types de bois pour comprendre leurs propriétés et leur évolution dans le temps.


Pour vous donner un exemple, nous allons comparer les propriétés du pin maritime et du pin des landes, en examinant leurs formes stratifiées ou en bois dur.

Le pin des landes est très résistant à l’humidité, aux termites et aux moisissures, ce qui en fait un choix recommandable pour les charpentes extérieures. Cependant, comme le bois dur, le pin des landes a tendance à se déplacer continuellement après sa pose, ce qui entraîne des dommages et des déformations qui peuvent s’avérer difficiles à réparer. Le pin Maritime, en revanche, est plus stable et constitue un meilleur choix pour ce type d’utilisation.

Si cela rentre dans votre budget, nous vous recommandons de choisir des formats stratifiés car ils restent exactement les mêmes depuis leur installation, qu’il s’agisse de pin des landes ou de pin Maritime. Cependant, vous pouvez également choisir parmi une variété de finitions naturelles qui offrent encore plus de protection et de durabilité à tous les types de bois, et qui peuvent durer jusqu’à 15 ans.

Tenez compte de l’emplacement de votre projet et de sa tolérance au gonflement dû à l’humidité.


Si vous choisissez du bois séché dans une chambre, les degrés d’humidité des charpentes finies devraient rester stables, quel que soit l’emplacement de la structure. Toutefois, si votre projet se situe sur la côte ou dans un environnement humide, il est possible de modifier la tolérance du bois, par exemple en réduisant ses dimensions de quelques millimètres pour lutter contre le gonflement dû au contact avec l’eau.

Plus une pièce de bois est grande, plus sa résistance au feu est importante.


Dans le cas des charpentes, le bois stratifié résiste efficacement au feu, plus encore que l’acier, car seules ses couches extérieures brûlent.

Par exemple, si une résistance au feu R30 est nécessaire (ce qui signifie que la charpente continuera à fonctionner pendant au moins 30 minutes) et que la charpente est composée d’une pièce de bois de 42×150 mm, vous pouvez ajouter jusqu’à 1 minute de résistance en augmentant la section de 0,7 millimètre. Cela signifie que vous devez ajouter 0,7 mm pour obtenir une minute de résistance. Pour passer de R30 à R60, par exemple, vous devez augmenter l’épaisseur du bois de 2,1 cm.

La fonction et la beauté des joints cachés


Outre les travaux métalliques traditionnels, il existe une série de joints et d’assemblages cachés qui peuvent être fixés avec des boulons ou d’autres pièces métalliques, reliant le bois au bois ou le bois à d’autres matériaux comme le béton.

Le découpage effectué par CNC permet d’obtenir un haut niveau de précision, ce qui réduit les coûts généraux d’un projet. En général, la charpente peut être facilement modélisée par le logiciel Cadwork, compatible avec Revit et d’autres machines CNC.

Voici quelques-unes des combinaisons les plus utilisées :

  • Joint à queue d’aronde

Réalisé avec une coupe en forme de trapèze, l’une de ses extrémités est toujours plus large que les autres.

  • Joint à tenon et mortaise

Réalisé à l’aide d’une coupe précise dans l’une des pièces, permettant à l’autre pièce d’être étroitement connectée à l’autre.

  • Connecteurs métalliques cachés

Ils relient le bois à d’autres matériaux comme le béton.

Guider la conception par des réglementations claires peut réduire les coûts des projets

Il est fondamental de toujours concevoir en tenant compte des normes. Si les normes semblent incomplètes ou peu claires, il est possible de se tourner vers des normes plus avancées établies par d’autres pays, garantissant ainsi l’efficacité de votre charpente. Par exemple, l’Eurocode 5, qui couvre tous les aspects de la conception et de la construction de charpentes en bois, est un bon guide pour ce type de projets.

Lorsque les normes laissent trop de place au hasard et à la spéculation, les ingénieurs ont tendance à augmenter le pourcentage de sécurité en ajoutant inutilement des éléments à la structure.

Catégories : Uncategorized

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *